Sandra Ganneval, l'autoédition, le choix de la liberté

Facebook et la censure

index.jpg
 
 
J’ai tenté de booster mon article sur le corps des hommes (que vous pouvez retrouver ici, si vous ne l'avez pas lu : "Les hommes n'ont pas de corps") sur Facebook et je me suis heurtée à la censure facebookienne parce que mon article contient des mots interdits : sexe, sexualisé, seins, fesses, nue…
 
Voilà, ce sont les mots interdits, la façon dont ils sont agencés et ce que l’on cherche à dire en les utilisant n’est pas prise en compte par les modérateurs.
 
On ne peut pas non plus booster une publication qui parle de racisme ou de religion de manière à ouvrir un débat comme, par exemple, imaginer que Dieu est une Déesse. Je ne parle pas de tenir des propos racistes mais de questionner le racisme. Ça ne passe pas.
 
Qu’en pensez-vous ?
 
Nous sommes sur ce réseau.
 
Nous savons qu’il nous manipule.
 
Nous savons qu’il nous fiche.
 
Nous savons qu’il nous contrôle.
 
Nous savons qu’il nous rend accros.
 
Doit-on lui en vouloir de surveiller ce que nous partageons et de prendre des décisions qui nous paraissent arbitraires ?
 
Tout contrôler pour éviter les grosses catastrophes comme la diffusion et le partage de vidéos postées par des assassins en action ?
 
Tout contrôler sans discernement pour éviter les procès ?
 
Facebook nous surveille tel Big Brother, il s’est déjà distingué, divulgateur et marchand de nos informations personnelles.
 
Qu’est-ce que cela dit de notre monde actuel ?
 
Mais, au fond, est-il si différent de celui d’hier ?
 
Les modes de contrôle ont changé parce que nous exposons ce que nous sommes au vu et au su de beaucoup et que les technologies ont évolué mais le contrôle fait partie intégrante de la démocratie telle qu’on nous la vend depuis des décennies, il n’est pas propre aux dictatures, nous sommes plus ou moins contrôlés, plus ou moins manipulés en fonction de ce que le pouvoir en place nous dévoile, en fonction de ce qu’il nous dissimule, ceci dit sans être paranoïaque, du moins, il me semble.
 
Bon, je suis là sur cette plate-forme, tant que Facebook me laisse m’exprimer.
 
Au cas où l’une de mes publications serait la goutte de trop, allez savoir, en ces périodes troubles, si ça vous dit, vous pourrez me retrouver sur mon blog.
 
 
 
 
 

Sandra Ganneval, écrivaine indépendante

 Abonnez-vous à mon blog pour suivre mon actualité

 Abonnez-vous à

 ma chaîne YouTube

 Abonnez-vous à

 ma page Facebook

 Suivez-moi sur

 Twitter

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



11/11/2019
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres