Sandra Ganneval, l'autoédition, le choix de la liberté

Lis, lis, lis...

love-4450497_960_720.jpg

 

Un livre se vend comme un baril de lessive, on le voit bien dans les supermarchés, puis dans les bouquineries, tu l’as acheté une vingtaine d’euros et le voilà à moins de cinq euros.

 

Un marché, un business, un jeu de dupes, parfois, enfin, je me demande...

 

Qui sait vraiment ce qui est bon ou ne l’est pas ?

 

Ce qui est vendu comme bon juste pour être vendu et ce qui est désigné mauvais et qui ne l’est peut-être pas tant que cela ?

 

Tous les goûts littéraires sont dans la nature, lis ce qui te fait plaisir tant que tu lis, lis et rit, lit et pleure, lis pour avoir peur, lis pour éprouver du désir, lis pour éprouver du plaisir, lis pour éprouver de la colère, lis pour t’ennuyer aussi, lis pour te demander pourquoi tu ne l’as pas écrit ce livre-là, pour te dire que tu aurais pu l’écrire, lis pour trouver le monde moins ennuyeux, moins banal, pour y échapper, lis pour voyager, pour rêver, lis parce que tu n’aimes pas voyager, lis pour être dans le monde ou  pour t’en éloigner, lis pour planer ou pour redescendre sur Terre, lis pour croire que la vie est dans les livres et pas dans la vraie vie, lis pour sourire, lis pour avoir moins peur de vivre, lis pour garder de l’espoir mais lis, lis, lis…

 

 

 

Sandra Ganneval, écrivaine indépendante

 Abonnez-vous à mon blog pour suivre mon actualité

 Abonnez-vous à

 ma chaîne YouTube

 Abonnez-vous à

 ma page Facebook

 Suivez-moi sur

 Twitter

 

 

 

 

 

 



08/01/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres