Sandra Ganneval, l'autoédition, le choix de la liberté

"PROPAGANDA"

51k1syHfPkL._SX340_BO1204203200_.jpg

 

« Beau texte réaliste. J'ai adhéré jusqu'au dernier paragraphe! En fin de compte un texte accrocheur pour une publicité donc....ni partage ni abonnement ! Salut »

 

J’ai reçu ce commentaire sur ma page Facebook en dessous de mon article sur la bienveillance et je l’ai trouvé à la fois amusant et ennuyeux.

 

Amusant parce que la personne qui l’a écrit me reproche de faire de la publicité mais si je n’avais pas fait de la publicité pour cet article, elle n’en aurait sans doute jamais eu connaissance.

 

Ennuyeux parce que ça pose le problème de la façon de faire connaître ses écrits quand on se dit écrivain.e.

 

Après toutes ces années de tentatives plus ou moins maladroites, plus ou moins agressives de vendre mes écrits, j’en suis arrivée à la conclusion que le meilleur moyen était peut-être, plutôt que de la subir, de choisir la méthode lente. Méthode lente, c’est l’expression qui me vient mais ce ne sont pas tout à fait les mots adéquats.

 

J’écris sur, je parle de ce dont j’ai envie de parler, ce qui m’inspire au moment où cela m’inspire et j’en fais un outil publicitaire, oui, c’est vrai.

 

J’ai lu beaucoup de choses sur le marketing d’auteur.e, j’observe ce que font les autres, je suis parfois admirative et je me dis que c’est ce que je devrais faire, comme les autres, mais les autres ne sont pas moi et je ne suis pas les autres (oui, on dirait une chanson de Céline Dion).

 

Du coup, j’ai opté pour ce que font beaucoup, finalement, écrire et chercher à être lue, écrire pour faire ma promotion, promouvoir ce que j’écris en dehors de mes livres et espérer que des personnes s’y intéresseront et de là, auront envie d’acheter et de lire mes livres.

 

J’ai terminé il y a quelques jours un essai qui s’appelle « Propaganda », le contenu en est moins édifiant que le 4ème de couverture le laisse entendre et moins subversif que le documentaire du même nom.

 


 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Propagande_(livre)

 


 

Ce livre a été écrit par le neveu de Sigmund Freud, Edward Bernays (qui était aussi le neveu de sa femme Emma Bernays, ses parents étant respectivement sœur et frère de son oncle et de sa tante… vous me suivez ?). Il a tiré de la psychanalyse inventée par son oncle que l’on pouvait manipuler les humains et surtout manipuler les foules, les placer sous emprise.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Edward_Bernays

 

Avec le recul, Edward Bernays apparait comme un être dépourvu de sens moral. Il réussissait à trouver des moyens détournés pour que les gens agissent comme il souhaitait qu’ils agissent, se moquant des dégâts collatéraux, il a causé un nombre conséquent de morts.

 

Ainsi, plutôt que d’inciter de manière frontale les femmes à fumer dans l’espace public, ce qu’elles n’avaient pas le droit de faire, il a présenté la cigarette comme un substitut du pénis (référence freudienne) et donc, comme un objet de pouvoir qui faisait des femmes les égales des hommes, il a organisé ce que l’on appellerait peut-être aujourd’hui un flash mob durant lequel des féministes se sont mises à fumer en même temps dans l’espace public, l’évènement a été médiatisé et le poison est devenu un objet à posséder et à utiliser pour sa symbolique.

 

La manipulation est au cœur de son travail, étrangement nommé « relations publiques ».

 

Nous sommes tous manipulés. Nous sommes tous manipulateurs, plus ou moins consciemment. C’est l’une des leçons du livre et de la vie, n’est-ce pas ?

 

La manipulation à grande échelle s’appelle de la propagande et nous en sommes victimes tous les jours à travers ce que l’on nous vend, ce que l’on nous présente comme indispensable, à travers ce que nous acceptons parce que nous avons fini par le trouver normal, à travers ce que nous recherchons parce que nous avons fini par accepter qu’il était logique que notre désir appartienne à d’autres.

 

Tout ça pour vous dire que je ne fais pas de propagande pour mes ouvrages mais que je cherche peut-être un peu à vous manipuler en écrivant cet article et à vous faire acheter l’un de mes romans, mais je n’ai pas l’habileté machiavélique d’un Edward Bernays sinon, je serais déjà millionnaire.

 

 

Psssssst… Si cet article t’a plu, tu es libre de le partager, de t'abonner à mon blog et à ma page Facebook pour être informé.e de mes autres parutions :

 

https://www.facebook.com/SG1000000/

 

Je publie un post par semaine.

 

Tu peux aussi, si tu as envie de soutenir mon travail d'auteure indépendante, te procurer l'un de mes livres parce que… parce que cela me ferait très plaisir de te compter parmi mes lecteurs !

 

 

 

 

 

 

 



28/10/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres